Un nouveau « manifeste des 343 » demande l’allongement des délais pour avorter

ELLE avec AFP

À la veille du cinquantième anniversaire du premier manifeste de 1971, 343 femmes ont signé dimanche une tribune pour réclamer l’allongement des délais de recours à l’IVG au-delà de 12 semaines en France.  

Il y a cinquante ans, 343 femmes célèbres ou anonymes affirmaient dans un manifeste avoir été avorté illégalement. Un texte qui a marqué l’histoire du droit à l’avortement en France, accordé quatre ans plus tard grâce à la loi Veil de 1975. En 2021, « nous n'avons pas encore acquis la propriété pleine et entière de nos corps. Le patriarcat freine nos choix » ont alerté dimanche, 343 femmes signataires d’un nouveau manifeste publié dans le « Journal du Dimanche », et relayé par le Planning familial. Elles ont réclamé l’allongement des délais de recours à l’avortement en France, au-delà de 12 semaines. 

Parmi les signataires, des actrices dont Béatrice Dalle, Julie Gayet, Corinne Masiero, Marina Foïs, des chanteuses (Vanessa Paradis, Yaël Naïm, Juliette Armanet), des réalisatrices (Catherine Corsini, Andréa Bescond) mais aussi des journalistes, responsables politiques ou militantes (Audrey Pulvar, Najat Vallaud-Belkacem, Assa Traoré, Alice Coffin, Caroline De Haas...) 

Lire aussi >> L'édito de ELLE : Aux salopes, les femmes reconnaissantes

« Je déclare que je suis l’une d’elles » 

« Par rapport à l'avortement la loi en a fixé la limite : douze semaines de grossesse. Au-delà, les recours sont limités et conditionnés », d'une part aux « médecins qui statuent alors sur la “nécessité médicale” d'interrompre une grossesse », et d'autre part « à notre situation socio-économique », écrivent les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi