Le nouveau rôle des grands-parents

C'est un signe. Les surnoms en disent long sur la manière dont les 15 millions de grands-parents sont désormais perçus dans la société. On est passés des poussiéreux pépé, mémé, grand-père, grand-mère, à Mamoune, Grandad, Manée, Papou ou Monette... La plupart sont très investis. Environ deux tiers des enfants de moins de 6 ans (1) sont gardés occasionnellement par eux. " Ils permettent de répondre aux contraintes du quotidien, facilement, gratuitement et même à la dernière minute. C’est un vrai plus qui permet aux parents de mieux concilier vie de famille et vie professionnelle," estime la sociologue Morgan Kitzmann, sociologue. Pour les grands-parents - en meilleure santé au fil des années -, cela permet de tisser des liens profonds, de se rendre utile et de chouchouter leurs petits-enfants! Mais gare aux excès. "Certains grands-parents continuent à travailler, ou s’occupent de leurs propres parents âgés", rappelle le sociologue. Gérer, en plus, les petits-enfants peut devenir une charge trop importante. Lorsqu'ils deviennent des « parents bis », on peut parler de "grand-parentalité intensive". Reste que 95% des grands-parents* se déclarent heureux de leur statut, à l’instar de nos trois mamies épanouies ! (1)Drees, 2018

« J'ai une relation privilégiée avec mes petites-filles »: Véronique, 63 ans, quatre enfants, cinq petites-filles

Ancienne institutrice en maternelle, j’ai la chance d’habiter tout près de mes cinq petites filles, âgées de 15 mois à 11 ans. Parce que leurs mamans travaillent, je vais les chercher à l’école et à la crèche, tous les jours, mais jamais plus de trois à la fois ! J’en garde aussi certaines le dimanche matin pour que leurs parents puissent faire du sport. Je me rends chez elles le plus souvent, je donne un coup de main pour les lessives et les repas. Ayant perdu mon compagnon il y a neuf mois, mes petites filles m’apportent beaucoup de réconfort et d’amour. Même si c’est parfois exténuant, je suis heureuse de me rendre utile, d’avoir une relation

(...) Cliquez ici pour voir la suite