Nouvelle formule du Levothyrox : après ses analyses, l'AFMT souhaite que "les autorités sanitaires s'en saisissent"

franceinfo
"Il faut que les autorités sanitaires s'en saisissent (...) pour confirmer ou infirmer nos analyses", a réagi jeudi sur franceinfo Gérard Bapt, médecin cardiologue, médecin conseil de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), député honoraire et ancien président de la mission d’information sur le Médiator.

L’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) révèle jeudi 14 juin les résultats de ses analyses sur la nouvelle formule du médicament contre la thyroïde, le Levothyrox. D’après cette expertise, la molécule active que prennent les patients serait sous-dosée par rapport aux indications données. Les analyses ont également détecté la présence d’une autre molécule ne figurant pas dans la liste des composants, une substance de synthèse non-commercialisée en France à cause de très importants effets secondaires.

Il faut que ça soit "analyse contre analyse", a réagi jeudi 14 juin sur franceinfo Gérard Bapt, médecin cardiologue, médecin conseil de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), député honoraire et ancien président de la mission d’information sur le Médiator.

franceinfo : Que pensez-vous de la manière dont se déroule l’affaire Levothyrox, qui se fait aujourd’hui "analyse contre analyse" ?

Gérard Bapt : Je pense qu’il faudrait justement que ce soit analyse contre analyse. C’est en effet la troisième analyse réalisée aux frais de l’association, qui ne reçoit aucune subvention, ni publique, ni encore moins des laboratoires. Les deux premières analyses n’étaient pas très probantes, elles portaient sur d’autres éléments, mais celle-ci par contre interpelle. La dernière analyse vient d’être faite par un laboratoire américain, certifié par la FDA et dont les résultats doivent être considérés avec attention. Il faut que les autorités sanitaires s’en saisissent. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi