Numerus clausus, financement : Edouard Philippe prône une réforme "globale" pour soigner le système de santé

franceinfo avec AFP
Le gouvernement se donne "trois mois pour réfléchir intensément" à "la transformation de l'ensemble du système de santé". Et cinq chantiers prioritaires vont être ouverts.

Edouard Philippe a donné, mardi 13 février, le coup d'envoi d'une réforme "globale" du système de santé. Le Premier ministre se donne "trois mois pour réfléchir intensément" à la "transformation de l'ensemble [du] système de santé", a-t-il expliqué lors d'un déplacement au centre hospitalier Simone-Veil d'Eaubonne (Val-d'Oise).

De mars à mai, le gouvernement entend multiplier les concertations et consultations, locales ou nationales, y compris sur internet. Au préalable, l'exécutif a identifié "cinq grands chantiers" à traiter en priorité.

Le financement des hôpitaux

La réforme du financement des hôpitaux fera ainsi partie des dossiers brûlants, après une dégradation des comptes sans précédent en 2017 : le déficit est estimé à 1,5 milliard d'euros pour les établissements publics.

Le gouvernement s'en tient sur ce sujet à la promesse d'Emmanuel Macron de "plafonner à 50%" la tarification à l'activité (T2A) des hôpitaux, qui "pousse à une activité sans qualité", selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Mais ce changement prendra du temps : une équipe d'experts devra proposer d'ici fin 2019 plusieurs nouveaux modèles de financement.


La chasse aux actes "inutiles"

En parallèle, le gouvernement veut ouvrir la chasse aux actes médicaux "inutiles", qui représentent 30% des dépenses de l'assurance-maladie, selon la ministre de la Santé. Les différentes spécialités médicales (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi