“Nuts” : le jeu vidéo qui nous fait voir des écureuils partout

Erwan Higuinen
·1 min de lecture

Mais où est-il passé ? Après être descendu de son arbre, avoir traversé le petit pont et s’être dirigé vers le buisson, on aurait juré que l’écureuil allait réapparaître de ce côté, mais il n’en est rien. Alors on rembobine le film et on se rapproche de l’écran pour mieux voir. On jette un œil à ce qu’a saisi la caméra 2, et ensuite la 3, mais toujours aucune trace du petit rongeur. Il va falloir retourner sur place et changer l’emplacement des caméras avant la nuit prochaine. En espérant que, cette fois, on arrivera à suivre un peu plus loin le parcours de ce contrariant animal. 

Cher journal

Telle est notre activité pendant la majeure partie de Nuts, jeu indépendant dont les concepteurs sont éparpillés entre Reykjavik (pour son game designer belge Joon Van Hove), Berlin, Copenhague et Montréal. Pour remplir cette lourde tâche, nous sommes seul·e, déposé·e dans un coin de nature avec une caravane contenant tout l’équipement nécessaire : des écrans et des caméras, donc, mais aussi un téléphone et un fax grâce auxquels nous recevons nos instructions. Et puis, accessoirement, un lit (qu'on ne semble pas occuper énormément). Et un tableau en liège sur lequel on ne manquera pas de punaiser le programme de chaque mission ainsi que photos les plus intéressantes obtenues au cours de nos recherches, à moins qu’on ne préfère les coller dans notre journal. Car une imprimante permet par bonheur de les tirer sur papier, ce q

Lire la suite sur lesinrocks.com