Où est le beau ? Dans les algues de Samuel Tomatis

·1 min de lecture

ELLE Déco vous propose en avant-première les épisodes du podcast « Où est le beau ? » dédié à l’architecture, au design et à l’art. Dans ce nouvel opus, diffusé sur notre site, Hélène Aguilar inaugure un format dédié aux matériaux et dialogue avec le designer Samuel Tomatis.

On les savait comestibles, nuisibles ou protectrices, mais dorénavant il faudra aussi compter sur les algues en décoration. En effet, ces êtres aquatiques qui envahissent nos plages au risque parfois de déranger nos instants de farniente ou de divertissements, recèlent encore de nombreuses ressources. Un territoire inconnu qu’il reste à explorer et dans lequel le designer Samuel Tomatis s’est plongé. Un domaine de prédilection qui fut le sujet de son projet de fin d’étude. Le diplômé de l’École nationale supérieure de création industrielle en a donc fait naturellement son terrain de jeu en étudiant leur composition chimique. Entouré de biologistes, chercheurs, chimistes et artisans, il finit par extraire tout le potentiel des algues. En fonction des espèces, il arrive à produire des matériaux aux propriétés diverses à la fois résine translucide, cuir, céramique ou textiles tissés. Ainsi, meubles, petits objets, revêtements, vannerie, emballages, émaux et même teintures sont désormais façonnés avec des algues. Une ressource avec laquelle il faudra certainement compter dans le futur.

Pour les Parisiens curieux d’en apprendre plus, rendez-vous au Pavillon de l’Arsenal pour découvrir l’exposition collective « Agora du design » avec Samuel Tomatis.

Faites une pause et ouvrez vos oreilles. Bonne écoute !

À écouter aussi sur le site de « Où est le beau ? » et les plateformes traditionnelles d’écoute.

Pavillon de l’Arsenal

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles