Où se cachent les sectes ?

Sarah Lévy

Après des années d'influence néfaste et des milliers de victimes, comme Sarah Suco, qui revient sur sa propre histoire dans son film « Les Éblouis », les grandes organisations sectaires ont laissé place à de nouvelles structures tout aussi dangereuses. 

Il lui a fallu du temps pour pouvoir s'en délivrer. Transcender le drame qu'elle a vécu, les années de colère, de haine, le besoin de vengeance pour en faire une oeuvre. « C'est comme une thérapie. Si je m'étais lancée plus tôt, sans avoir préalablement travaillé sur cette montagne de souvenirs, cela aurait été un film d'horreur et je ne souhaitais pas ça », explique Sarah Suco. Pour son premier long-métrage, « Les Éblouis » (sélectionné pour le Grand Prix Cinéma ELLE), l'actrice de « Joséphine s'arrondit » s'est inspirée des dix ans qu'elle a passés avec sa famille au sein d'une secte. Elle raconte l'histoire de Camille (Céleste Brunnquell), une adolescente de 12 ans dont les parents rejoignent une communauté chrétienne fondée sur la solidarité et l'entraide. Mais, à mesure que le berger ( Jean-Pierre Darroussin) assoit son emprise mentale sur sa mère ( Camille Cottin) et son père (Éric Caravaca), la nasse se referme et la vie au Saint-Esprit devient de plus en plus mortifère. Camille va alors devoir se battre pour sauver ses frères et sa soeur, quitte à rompre les liens avec ses parents. « Je ne voulais pas réaliser un documentaire sur les sectes, mais raconter l'histoire d'une famille et à quel point l'endoctrinement peut mettre en péril son unité. J'ai vécu, de 8 à 18 ans, des situations tellement folles qu'à chaque fois je me disais : 'Il faudrait en faire un film !' » explique Sarah Suco. Aujourd'hui encore, parce que...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi