Où et comment jeter son masque en toute sécurité ?

Si beaucoup d’entre nous optent pour un masque en tissu, qu’il est recommandé de laver après quatre heures d’utilisation avec des procédures assez contraignantes, certains préfèrent opter pour des masques chirurgicaux à usage unique. La même durée d’utilisation est prévue, ainsi vous devez mettre à la poubelle votre masque après une sortie prolongée. Mais pas n’importe comment !

Les bons réflexes pour jeter son masque

Vous pensez naturellement qu’il suffit de le mettre à la poubelle avant de vous laver les mains, erreur ! Interdiction aussi de les flanquer directement dans un bac de tri (et encore moins dans le bac jaune comme cela a déjà pu être constaté !)

Pour vous assurer une protection optimale, la démarche est assez fastidieuse. Une fois votre masque retiré du visage, il faut l’enfermer dans un sac en plastique dédié (vous pouvez y ajouter vos gants jetables si vous en portez). Fermez soigneusement le sac et mettez-le de côté pendant 24 h. Vous pouvez ensuite le jeter dans votre poubelle à ordures ménagères.

Masque, gant, lingettes… ça pollue !

Depuis le début du confinement, la vente de lingettes a explosé et elles s’accumulent dans les stations d’épuration, pouvant causer des dommages et même entraver la qualité des eaux. Pourquoi ? Car elles sont trop souvent jetées… dans les toilettes ! On rappelle que les lingettes doivent prendre la direction de votre boîte à ordures.

Concernant les masques, on en trouve là encore de plus en plus par terre ou posés sur les poubelles publiques. Des incivilités largement relayées sur les réseaux sociaux actuellement. Au-delà du problème sanitaire que posent ses déchets sauvages pour les agents d’entretien qui doivent les ramasser, il existe aussi un vrai problème écologique. Ainsi les masques, comme les lingettes, ne mettent pas moins de 450 ans à se désagréger !

En balade dans un parc, en forêt ou dans la rue… on ne se sépare de toute façon jamais de son masque sur la voie publique. Le plus sage est de le porter jusque chez vous,

(...) Cliquez ici pour voir la suite