1 / 7

Où trouver le meilleur Paris-Brest de Paris ?

L’histoire du Paris-Brest Avant de révéler les coups de cœur de la rédaction, il fait bon de s’attarder quelques instants sur cette pâtisserie qui séduit les gourmands depuis des générations. Si le Paris-Brest porte ce nom, c’est tout simplement parce qu’il a été créé en 1910 par Louis Durand, un pâtissier de Maisons-Laffitte (dans les Yvelines), en l’honneur de la course cycliste reliant Paris à Brest depuis 1891. C’est aussi pour cette raison que la forme du gâteau reprend le visuel d’une roue de vélo. A l’origine, les rayons de la roue en pâte à pain étaient même réprésentés, mais cette tradition n’est plus respectée désormais. Ainsi dans les marqueurs classiques du dessert, la pâte à chou doit être pochée en rond, avec un trou central, avant d’être ouverte en deux dans la hauteur post-cuisson, puis d’être garnie avec une crème mousseline pralinée. Pour rappel, la crème mousseline est un mélange de crème pâtissière et de beurre. Illustre délice pour les uns, indémodable souvenir d’enfance pour les autres, on a reçu, photographié et dégusté dix Paris-Brest parisiens. Le verdict de la rédaction.

Où trouver le meilleur Paris-Brest de Paris ?

Avec sa pâte à chou en forme de roue mythique et sa crème pralinée enivrante, le Paris-Brest est un classique de la pâtisserie française, qui se retrouve partout sur le territoire. Banc d’essai des Paris-Brest proposés par la crème de la crème des pâtissiers et maisons parisiennes.L’histoire du Paris-Brest Avant de révéler les coups de cœur de la rédaction, il fait bon de s’attarder quelques instants sur cette pâtisserie qui séduit les gourmands depuis des générations. Si le Paris-Brest porte ce nom, c’est tout simplement parce qu’il a été créé en 1910 par Louis Durand, un pâtissier de Maisons-Laffitte (dans les Yvelines), en l’honneur de la course cycliste reliant Paris à Brest depuis 1891. C’est aussi pour cette raison que la forme du gâteau reprend le visuel d’une roue de vélo. A l’origine, les rayons de la roue en pâte à pain étaient même réprésentés, mais cette tradition n’est plus respectée désormais. Ainsi dans les marqueurs classiques du dessert, la pâte à chou doit être pochée en rond, avec un trou central, avant d’être ouverte en deux dans la hauteur post-cuisson, puis d’être garnie avec une crème mousseline pralinée. Pour rappel, la crème mousseline est un mélange de crème pâtissière et de beurre. Illustre délice pour les uns, indémodable souvenir d’enfance pour les autres, on a reçu, photographié et dégusté dix Paris-Brest parisiens. Le verdict de la rédaction.