Obésité : notre statut socio-économique influence notre capacité à perdre du poids, selon une étude

I Yunmai / Unsplash

Si vous souhaitez perde du poids et que vous avez du mal à y parvenir, ne vous flagellez pas. Vous avez peut-être besoin d’un petit coup de pouce, et surtout, vous ne pouvez imputer cela qu'à votre seule volonté. En effet, notre situation socio-économique serait un facteur non-négligeable dans notre capacité (ou non) à nous délester de quelques kilos, selon une étude américaine publiée dans le JAMA Internal Medicine. Cette enquête, menée auprès de 1280 personnes obèses vivant au sein de quartiers défavorisés de New York et Los Angeles, montre également que ces dernières auraient besoin d'un coup de pouce financier pour y parvenir.

Certain·es participant·es de l'étude ont donc reçu une contrepartie pécunière en échange de leur perte de poids ou de l’accomplissement de certaines activités, quand d’autres se sont simplement vu·es offrir des outils d’accompagnement, comme des livres de recette, des montres connectées ou encore des accès à des programmes de régime.

Résultat : les personnes ayant touché de l'argent en échange de leurs efforts pour perdre du poids en ont perdu bien plus que celles qui ont simplement été accompagnées à l'aide de ressources matérielles. “40 % des Américains sont obèses et la prévalence est plus élevée chez les minorités et les populations à revenu peu élevé”, précise à NBC News le Dr Melanie Jayn, codirectrice du Langone Health’s Comprehensive Program on Obesity à l’Université de New York. La spécialiste rappelle également que la perte de poids est un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé mentale : la règle des 3-30-300 serait la clé pour aller mieux selon la science
Le chromosome Y de la masculinité est menacé : les hommes vont-ils être amenés à disparaître ?
Si la douleur avant vos règles est intense, vous souffrez peut-être du trouble dysphorique prémenstruel
La moitié de l’Europe pourrait devenir myope d’ici à 2050 : voici comment l’éviter
Contraception : un premier gel vaginal sans hormones ni effets secondaires est à l'étude