OCT : en quoi consiste cet examen oculaire ?

OCT : qu'est-ce qu'une topographie à cohérence optique ?

Petite leçon de médecine express. L’œil est comparable à un appareil photo dont la rétine serait la pellicule : lorsqu'on regarde quelque chose, c'est elle qui forme l'image qui sera ensuite transmise au cerveau via le nerf optique en une fraction de seconde. La rétine est formée de 10 couches superposées : l'épithélium, l'endothélium...

L'OCT (pour Optical Coherence Tomography en anglais ou Tomographie à Cohérence Optique en français) est un examen ophtalmologique qui consiste justement à observer les différentes couches de la rétine. Le but ? Observer une éventuelle altération rétinienne en profondeur.

" C'est un examen assez récent, qui n'est couramment pratiqué en France que depuis 4-5 ans environ, précise Véronique Morin, orthoptiste. L'OCT complète l'examen du fond d’œil : celui-ci ne permet en effet que d'observer la surface de la rétine tandis que l'OCT permet d'obtenir des images en coupe. Il est à noter que l'OCT est souvent prescrit avec un examen du champ visuel. "

Comment se déroule une topographie à cohérence optique (OCT) ?

À savoir. " Cet examen est prescrit par le médecin ophtalmologue, pour confirmer un diagnostic clinique ou réaliser le suivi d'une pathologie : il peut être réalisé à l'hôpital, chez l'orthoptiste ou encore chez l'ophtalmologue, précise Véronique Morin. Il est pris en charge à 100 % par la Sécurité Sociale sur prescription : il dure une dizaine de minutes. Il n'y a pas de contre-indications : l'examen n'est ni douloureux, ni invasif, ni inconfortable. "

Déroulé. Après un éventuel traitement oculaire hydratant (collyre), le patient est assis et place son menton ainsi que son front sur des supports. Le patient doit ensuite fixer une lumière (généralement : une croix lumineuse) dans la machine, un œil après l'autre.

" Cet examen (qui utilise de la lumière infrarouge) se rapproche d'une échographie de l’œil ou d'un scanner : le praticien réalise plusieurs clichés et obtient une vue

(...) Cliquez ici pour voir la suite