Nos odeurs préférées sont-elles influencées par notre culture ou est-ce un choix personnel ?

·1 min de lecture

Une étude a été menée dans plusieurs régions du monde. L’objectif ? Déterminer si les préférences olfactives relèvent d’une influence culturelle ou personnelle. Les recherches montrent également qu’une odeur remporte tous les suffrages.

Les scientifiques de l’Institut Karolinska en Suède et de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni se sont intéressés sur les odeurs et les préférences peu importe leur origine culturelle. Chocolat, noix de coco ou encore roses : quelles sont les odeurs les plus plébiscitées ? Les chercheurs ont la réponse puisqu’un parfum se démarque des autres. Mais alors : influence culturelle ou personnelle, quels sont les facteurs qui déterminent ces préférences ? Les conclusions ont été publiées récemment dans la revue scientifique « Current Biology ». Décryptage.

À lire aussi >> L’aromachologie, ou comment les odeurs agissent sur notre bien-être

La vanille : l’odeur qui met tout le monde d’accord

L’objectif de l’étude était de déterminer si les préférences olfactives étaient liées à la culture de la personne ou à ses goûts personnels. Pour cela, les scientifiques ont enquêté sur neuf groupes de personnes de plusieurs coins du monde comme la Thaïlande ou New-York, comme explique le Dr Arshamian, auteur principal de l’étude : « étant donné que ces groupes vivent dans des environnements odorants aussi disparates, nous capturons de nombreux types différents d’expériences olfactives ». Pour ces recherches, 235 participants ont dû classer les odeurs sur une échelle allant d'« agréable » à « désagréable ». Plusieurs variations ont pu être observées au sein de chaque groupe. Néanmoins certaines odeurs ont fait presque...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles