Olivier Duhamel : ce réflexe qu'il a eu en apprenant la parution du livre de Camille Kouchner

·2 min de lecture

L’affaire Olivier Duhamel a fait l’effet d’un véritable séisme dans l’opinion publique. Depuis la parution, lundi 4 janvier 2021, d’un article intitulé Olivier Duhamel, l’inceste et les enfants du silence écrit pour Le Monde par la journaliste Ariane Chemin, les révélations s’enchaînent et une enquête a été ouverte pour que la vérité éclate, des années après les faits qui auraient eu lieu dans les années 80. La grande reporter Ariane Chemin, est revenue, sur le plateau de Quotidien jeudi 11 février 2021, sur les coulisses de la rédaction de ce papier qui annonçait la parution de La familia grande(Éd.Seuil). Dans ce livre, Camille Kouchner relate l’histoire de son frère jumeau Victor et raconte les sévices qu’il aurait subis entre ses 13 et 13 ans de la part de leur beau-père Olivier Duhamel. "J’ai été obligée de téléphoner à Olivier Duhamel. Ce n’est pas un coup de téléphone très agréable à passer… Surtout que je lui ai appris qu’un livre sortait", a-t-elle expliqué à l’animateur, Yann Barthes.

Le secret était si "bien gardé" que le constitutionnaliste n’en avait jamais eu vent. "Il a commencé par nier en disant qu’elle mélangeait les choses. Et puis il m’a rappelé après, pour me demander quand ça paraissait. Je lui ai dit l’absolue vérité. Je lui ai dit : 'Ecoutez, ça ne paraîtra pas demain'. Je pense qu’il voulait savoir quand le livre paraîtrait et où". Camille Kouchner dévoile d’ailleurs dans son ouvrage qu’Olivier Duhamel n’aurait pas hésité à lui passer un coup de téléphone après avoir appris la nouvelle. "Tu aurais pu, au moins, t’excuser. Prendre conscience et t’inquiéter", déplore-t-elle avant de dévoiler le terrible message qu’il lui aurait laissé : "Je vais te rappeler que, au lieu de ça, tu m’as menacée. Message sur mon répondeur : 'Je vais me suicider'”.

À la suite de la publication de l’article, Olivier Duhamel a mis fin à l’ensemble de ses fonctions, dont celle de président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), ainsi que ses collaborations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite