Olivier Véran : fiévreuse, sa compagne Coralie Dubost isolée pendant 16 jours

Depuis le 16 février 2020, Olivier Véran remplace Agnès Buzyn à la tête du ministère de la Santé et des Solidarités. Une lourde tâche, notamment en cette période de crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. Depuis quelques semaines, le député fait le tour des plateaux de télévision pour alerter la population sur la dangerosité du Covid-19 et l’importance du respect des gestes barrières. Mercredi 18 mars, dans Quotidien, le tout nouveau ministre de la Santé a d’ailleurs réprimandé Yann Barthès pour son comportement face au coronavirus. L’animateur et son équipe portaient en effet des masques de protection, actuellement en manque dans les hôpitaux de l’Hexagone. Olivier Véran, qui se retrouve lui-même loin de ses enfants pendant le confinement, incite fortement les Français à respecter les consignes de sécurité établies par le gouvernement. Sa compagne, Coralie Dubost, le soutient pleinement : “Quand on a une parole publique aujourd’hui, on doit s’atteler à expliquer la crise, les mesures, les gestes barrières… On ne devrait passer notre énergie que sur ces messages”, affirme-t-elle.

Coralie Dubost “témoigne de la gravité” du coronavirus

La députée La République en Marche a accordé une interview à nos confrères de Midi Libre. La situation dans l’Hérault, son point de vue sur les mesures annoncées et sa situation personnelle, la Montpelliéraine se confie sur le coronavirus. “Si tout le monde joue le jeu, ça peut suffire”, indique-t-elle au sujet des quinze jours de confinement. En tant que parlementaire, la jeune femme de 37 ans est particulièrement concernée par l’épidémie. En effet, Coralie Dubost siégeait encore à l’Assemblée nationale pour le vote de l’état d’urgence sanitaire, jeudi 19 mars. Elle fait également partie des quelques élus appelés à examiner les textes de lois concernant le report du second tour des élections municipales. Alors que de nombreux députés ont été touchés par le virus, elle assure qu’elle va “bien”.

“Je peux le dire aujourd’hui, j’ai

(...) Cliquez ici pour voir la suite