Olivier Véran : ce fou rire incontrôlable en pleine séance à l'Assemblée nationale

Rien de tel que le rire pour relâcher la pression. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, en sait quelque chose. Après sept semaines de confinement promulgué en France et ses différends avec le professeur Didier Raoult, le ministre de la Santé, en charge de la crise du coronavirus, aurait de quoi saturer. Cependant, le gouvernement d'Emmanuel Macron n'a jamais été aussi résolu et déterminé à gagner cette bataille. Alors que les relations entre Edouard Philippe et Emmanuel Macron se disent tendues à l'Elysée, Olivier Véran semble passer au travers des mailles du filet et garde sa bonne humeur, comme les téléspectateurs de LCP ont pu le constater vendredi 8 mai 2020. En effet, en pleine séance à l'Assemblée nationale diffusée en direct, le ministre n'a pas pu retenir ses éclats de rire suite à la lecture d'un certain amendement.

"Pardon... Ça peut arriver"

Pour comprendre, il faut savoir que cette séance rendue dans l'hémicycle se déroulait en fin de journée. Après une semaine marquée par le très attendu plan de déconfinement, mais aussi par les dernières révélations sur la gestion pittoresque de millions de masques à travers tout le pays, Olivier Véran semblait fatigué : "Pardon... Ça peut arriver. On n'aime pas bien parce que c’est un peu ambigu", a-t-il lâché, le sourire aux lèvres, sous-entendant que le texte n'était pas clair. Après avoir relu certaines lignes à voix haute devant ses interlocuteurs bouche bée, le ministre de la Santé a finalement abdiqué : "Hmm... Bon", provoquant un fou rire général.

"C’est un amendement de précision, on va le prendre comme tel. Alors écoutez, si c’est précis… précisons : avis favorable", a finalement conclu Olivier Véran, après avoir passé quelques secondes à rire le dos tourné. Un moment de flottement inhabituel entre les murs de l'Assemblée nationale, mais qui semble avoir fait du bien aux députés présents. En effet, dès les premiers éclats de rire du ministre de la Santé, l'ensemble des représentants l'ont rejoint de bon coeur.

(...) Cliquez ici pour voir la suite