Sur Omegle, « des dizaines d'hommes se masturbent, s'exhibent » : le gouvernement va saisir la justice

La plateforme, très fréquentée par les jeunes, est pointée du doigt depuis plusieurs mois pour ne pas réguler son contenu.

Le secrétaire d'État chargé de l'Enfance va signaler à la justice des faits d'exposition des mineurs à la pornographie et à la pédocriminalité sur Omegle, une plateforme de messagerie américaine très prisée par les collégiens, a-t-on appris mercredi auprès de son cabinet. Adrien Taquet va utiliser dans les prochains jours l'article 40 du code de procédure pénale qui impose l'obligation, « pour toute autorité constituée », de signaler au procureur de la République un crime ou délit dont il a connaissance, a indiqué son entourage à l'AFP.

Lire aussi >> Pédocriminalité : les failles du Code pénal

Le site Kool Mag, un magazine en ligne de parentalité destiné aux pères, a publié une enquête dénonçant la présence d'exhibitionnistes d'âge mûr sur cette plateforme très fréquentée par des jeunes. Ce site web américain de messagerie instantanée anonyme permet à des inconnus de discuter via caméra interposée. Le fondateur de Kool Mag, Baptiste des Monstiers, raconte avoir surfé sur le site un mercredi après-midi et y avoir rencontré des dizaines d'enfants et d'adolescents âgés de 9 à 15 ans, à la recherche de nouveaux copains. Il y a vu aussi, susceptibles d'entrer en contact avec ces enfants, « des dizaines d'hommes qui se masturbent, qui s'exhibent, certains déguisés en femmes portant des sous-vêtements féminins ».

« Les youtubeurs ne devraient pas donner rendez-vous à des jeunes fans sur ce site »

Accessible sur...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles