Ongles abîmés, c'est grave docteur ?

Des stries blanchâtres : une question d’âge

Une surface de plus en plus irrégulière au fil des années, c’est normal. Comme pour les cheveux ou la peau, la kératine, l’un des constituants de l’ongle, perd en qualité avec le temps. On parle même de "rides" pour qualifier ces lignes verticales. Mais des stries peuvent également indiquer une anémie ou un déséquilibre hormonal comme une hypothyroïdie.

Je fais quoi ? Parlez-en à votre médecin qui pourra recommander un bilan sanguin. Si les stries signalent un manque de vitamines du groupe B (elles stimulent la fabrication de kératine), on peut le corriger en mangeant des légumineuses (pois, haricots secs, lentilles), des œufs et des légumes à feuilles vertes comme les épinards. Pour renforcer ses ongles et éviter qu’ils ne se dédoublent, on lime leur extrémité et on choisit un vernis durcisseur comme base.

Une zone jaune et épaisse : certainement une mycose

L’onychomycose est liée à la présence d’un champignon microscopique (dermatophyte, Candida albicans...), qui parasite les mains ou les pieds. L'ongle vire au jaune ou gris verdâtre, s’épaissit et peut même devenir douloureux. Le tabagisme ou la pose prolongée d’un vernis de couleur sans base font aussi jaunir l'extrémité de nos doigts.

Je fais quoi ? D'abord un prélèvement pour confirmer le diagnostic. Dans le cas d'une atteinte limitée, un vernis à appliquer localement tous les jours ou plusieurs fois par semaine permet de se débarrasser de la mycose. Mais si la matrice (base de l’ongle) est touchée, il faudra prendre tous les jours un comprimé antifongique jusqu’à la repousse totale, entre trois et six mois pour la main et de neuf à dix-huit mois pour les pieds !

Taches blanches : de mini-traumatismes

Contrairement à ce que l’on dit, elles ne sont pas le signe d’une carence en calcium ou en vitamines, mais le résultat de coups ou de petits impacts sur la matrice ou le plat de l’ongle, qui entraînent une anomalie de la kératine. Diverses activités quotidiennes peuvent être

(...) Cliquez ici pour voir la suite