Les origines casse-gueule de l'expression "se casser la margoulette"

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Jeudi, l'animateur d'Europe 1 revient sur les racines de l'accidentée "se casser la margoulette".

Autrefois, quand on était à deux doigts de tomber ou que l'on trébuchait à la campagne, nos aïeux nous disait parfois : "Fais attention, tu vas finir par te casser la margoulette". Une expression délicieusement surannée dont on trouve une première trace dans une lettre adressée le 9 septembre 1873 par Gustave Flaubert à sa nièce Caroline Commanville. "Mon serviteur hier a manqué de se casser la margoulette en dégringolant du haut d’un noyer où il lochait des cerneaux", écrit-il. 

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Entre latin et normand

Locher, c'est secouer un arbre. Mais revenons à nos margoulettes. "Goulette" vient de "goule" et de "gueule". Et le préfixe "mar" vient de "margouiller", qui signifiait mâcher. En Normandie, "margane" était la mâchoire. D'une façon plus générale, "gula" correspond en latin au gosier. Et en arabe, "goule" c'est le loup-garou, un animal imaginaire dont la gueule est particulièrement redoutable. 

"Se casser la margoulette" ne se dit plus trop aujourd’hui. Chez nos voisins européens, on trouve aussi de belles expressions. En Espagne, on dit "pega...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles