Ortie : quels sont ses atouts et comment l'utiliser ?

·2 min de lecture

Vitamine C, zinc, pro-vitamine A, potassium, flavonoïdes, oligo-éléments… Sa richesse en antioxydants aide l’organisme à lutter contre les effets du temps et du stress et fortifie en cas de fatigue intellectuelle et de surmenage. Boire 3 tasses par jour de ses feuilles en décoction.

Grâce au calcium et à la silice contenus dans ses feuilles, elle a des atouts contre l’ostéoporose. Sa richesse en minéraux, vitamines et acides aminés la dote d’une action reminéralisante hors-pair pour les organismes mis à l’épreuve par des traitements lourds comme la chimiothérapie. 2 gélules de feuilles matin et soir.

Elle contribue au bon fonctionnement de la thyroïde, des glandes surrénales et facilite le passage à la ménopause. 3 tasses de feuilles bien infusées par jour. Ses racines sont préconisées contre les problèmes bénins de la prostate. 2 gélules de racines 4 fois par jour.

Alcalinisante, elle restaure l’équilibre acido-basique. L’acidité de l’organisme contribuant à l’inflammation de l’organisme et des douleurs chroniques, elle apaise les brûlures d’estomac, soulage les articulations, l’arthrite et les rhumatismes. 1 cuillère à café de poudre de feuilles dans un peu d’eau, 3 fois par jour.

Elle est dépurative et dépolluante (élimination des chlorures et de l’urée). Diurétique, elle participe au bon fonctionnement des reins dont elle favorise le drainage. Elle est indiquée en cas d’infection urinaire. 4 tasses d’infusion par jour.

Comme de nombreuses plantes réputées « mauvaise herbe », l’ortie pousse au bord des chemins et des routes et autour des décharges où elle concentre tous les polluants. C’est pourquoi il faut impérativement la consommer bio.

Cette bonne vieille recette revient en force et c’est tant mieux : rapide, facile, bon marché, elle est délicieuse et excellente pour la santé.

Retrouvez la recette de la Soupe d’orties de ma grand-mère.

A lire aussi :

La grande ortie, une super plante reminéralisanteOrtie, pissenlit : les vertus santé de nos mauvaises (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite