Ostéochondrome : cause, diagnostic, symptôme, évolution et traitement de ces tumeurs osseuses

Pexels/MART PRODUCTION

Les ostéochondromes — ou exostoses ostéocartilagineuses — constituent le type de tumeurs osseuses non cancéreuses les plus fréquentes. Si elles restent majoritairement bénignes, leur présence peut toutefois engendrer des complications au niveau des articulations, des os porteurs ou des tissus au sein desquels elles se sont développées. Comment ces tumeurs sont-elles détectées ? De quelle prise en charge bénéficient-elles ?

Excroissance osseuse recouverte de cartilage, l’ostéochondrome est susceptible de toucher l’ensemble des structures osseuses même si, dans les faits, on remarque un développement accru de ce type de formation à la surface des os longs (90 % des cas) : fémur distal (30 %), tibia proximal (20 %), humérus proximal (17 %) (Revue Médicale Suisse). Ces exostoses qui se développent uniquement au cours de la croissance — entre 10 et 20 ans — sont majoritairement non cancéreuses, ce qui signifie qu’elles ne vont pas se propager à d’autres régions corporelles (Le Manuel MSD). Elles sont constituées par la formation d’un os distinct de l’os porteur sur lequel elles naissent et peuvent présenter une taille variable allant de 1 à plus de 10 cm. Sur le plan anatomique, ces tumeurs peuvent revêtir une surface lisse ou texturée (forme de chou-fleur, de corail…), être régulières ou discontinues, sessiles ou pédiculées.

Il existe deux formes distinctes d’ostéochondromes : l’ostéochondrome solitaire — ou sporadique — qui représente près de 90 % des exostoses et la forme multiple (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite