Ostéoporose : 9 idées reçues décryptées

© Getty Images/iStockphoto

L’ostéoporose est une maladie diffuse du squelette qui concerne surtout les femmes, une sur trois en moyenne (soit 4 fois plus que d’hommes). Les personnes atteintes ont des os en général plus minces, plus poreux et donc plus fragiles. Elles présentent un risque accru de fractures osseuses, surtout de la hanche, des vertèbres et du poignet mais aussi du bassin, de l’épaule et des côtes. Pour en savoir plus : www.GRIO.org

Vrai et faux. "Les femmes minces ou maigres, avec un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 19 kg/m2, sont plus à risque de fracture de la hanche", précise le Pr Bernard Cortet, chef du service de rhumatologie du CHU de Lille et président du Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses (GRIO). A l'inverse, le surpoids et l’obésité protègent de ce risque particulier de fracture grâce aux hormones adipokines contenues dans le tissu graisseux (mais dont le rôle est toutefois encore très flou). En revanche, les personnes obèses risquent davantage de se briser la cheville, l’épaule et le tibia, sans que l’on sache pourquoi.

Vrai. Fumer nuit à l’absorption du calcium provenant des aliments que l’on mange. Or, le calcium est nécessaire à la minéralisation osseuse. Les os des fumeurs ont donc tendance à se fragiliser davantage (ostéoporose) parce que leur densité minérale est réduite.

Vrai. "Une ménopause précoce a été reliée à un risque plus élevé d’ostéoporose car l’organisme est alors privé plus tôt des œstrogènes protecteurs de l’os, explique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite