Ouverture d'une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs après les révélations de la patineuse Sarah Abitbol

La justice s'en mêle. Après le coup de tonnerre déclenché dans le milieu du patinage artistique par les révélations de la championne Sarah Abitbol, c'est un volet judiciaire qui s'ouvre désormais. Digne, courageuse et déterminée, la jeune femme a choisi de briser le silence sur les agressions sexuelles qu'elle a subies durant son adolescence, alors jeune patineuse prometteuse. Dans le livre Un si long silence (Editions Plon), l'ancienne sportive de haut niveau accuse son entraîneur Gilles Beyer de l'avoir agressée sexuellement entre 1990 et 1992.

Dans un communiqué, le parquet de Paris indique: "Au-delà des faits évoqués dans ce livre, les investigations, confiées à la brigade de protection des mineurs de la Direction régionale de la police judiciaire de Paris, s'attacheront à identifier toutes autres victimes ayant pu subir, dans le contexte décrit, des infractions de même nature". Sarah Abitbol permettra-t-elle à d'autres victimes de se faire connaître? La championne de France, dix fois sacrée, et médaillée de bronze aux championnats du monde en couples en 2000 se réjouit sur BFMTV que ses révélations aient permis de déclencher une procédure judiciaire. "Je suis surprise, les choses se passent rapidement. Je suis contente et soulagée. Cette prise de parole commence enfin à porter ses fruits. Je suis émue parce que c'est 30 ans de combat", a-t-elle déclaré. "Ce qui se passe est extraordinaire. Que l'enquête puisse être ouverte est très très bien pour les futures générations".

La démission de Didier Gailhaguet demandée par la ministre des sports

Du côté du ministère des Sports, des mesures ont également été prises. Le 3 février, la ministre Roxana Maracineanu a convoqué le président de la Fédération des sports de glace, Didier Gailhaguet, lui demandant de lui remettre sa démission. Il doit tenir une conférence de presse, le 5 février, pour faire connaître sa décision. Mais d'après le champion Philippe Candeloro, il ne devrait pas obtempérer. La ministre a également entamé

(...) Cliquez ici pour voir la suite