« Mon père me permet une cigarette par dimanche » : ce que pensaient les jeunes du tabac à la fin des années 70

·2 min de lecture

La journée mondiale sans tabac avait lieu ce lundi 31 mai. Depuis 1987, à l’initiative de l’OMS, cet évènement vise à alerter sur les dangers de la cigarette, partout dans le monde. Dix ans avant la première campagne de prévention, voici ce qu’en pensaient les jeunes Français des années 70.  

« Lors d’une réunion de famille, ma tante a essayé de me faire fumer, je devais avoir sept ou huit ans. Malheureusement, j’ai fumé à l’envers, ce qui m’a dégouté un peu », raconte un jeune homme dans un micro-trottoir. L’extrait vidéo, diffusé le 24 novembre 1977 sur TF1 dans l’émission « Soixante minutes pour convaincre » montre également un garçonnet qui affirme, quant à lui, que son père lui « permet une cigarette par dimanche ».  

D’autres jeunes expliquent avoir commencé à fumer pour s’intégrer et pour combler l’ennui. Certains étaient déjà conscients de l’addiction que représentait la cigarette : « c’est une drogue », déclaraient-ils.  

Lire aussi >> « Un bad trip m'a dégoûtée de la drogue »

31,8% de fumeurs en 2020

Aujourd’hui le tabac est toujours un facteur d’intégration pour les jeunes, et en France, l’âge de la première cigarette stagne à 14 ans. Mais le nombre de consommateurs a reculé : ainsi en 1974, 42% des Français de 18 à 75 ans fumaient occasionnellement ou régulièrement, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). En 2020, 31,8% des personnes issues de cette même tranche d'âge déclaraient fumer au moins occasionnellement, d’après Santé publique France. C’est néanmoins plus qu’en 2019, où cette part s’élevait à 30,4%. 

Cependant, la crise sanitaire liée au Covid-19 et ses conséquences économiques et sociales « ne semblent pas avoir eu...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi