Pédocriminalité à Cahors : des jeunes filles dénoncent leur beau-père, leur mère ne les croit pas

Diego Parra

C'est une affaire de pédocriminalité qui a été passée au crible par le tribunal correctionnel de Cahors, jeudi 8 septembre 2022. La Dépêche du Midi en rapporte les faits, jeudi 15 septembre 2022. Un quinquagénaire a comparu pour diffusion, consultation et captation d'images pornographiques et pédopornographiques et agressions incestueuses sur mineur de 15 ans, entre 2016 et 2019. L'homme a été reconnu coupable par le tribunal et a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis. En prime, il devra accepter un suivi socio-judiciaire de six ans et l'obligation de se soigner. L'homme reconnu coupable d'actes pédocriminels sera également chargé d'indemniser les victimes et n'aura pas le droit d'approcher d'une quelconque façon des mineurs. Mais alors, que s'est-il passé sous le toit de cette famille recomposée ?

Après s'être séparée de leur père, la mère de Mariane*, 14 ans, Justine*, 12 ans et Léa*, 9 ans, a refait sa vie. Lorsqu'elle part travailler, parfois de nuit, la maman confie la garde de ses trois filles à son nouveau compagnon. C'est pendant ces moments d'absence que le beau-père, reconnu coupable, fait visionner des images pédopornographiques aux jeunes filles, explique La Dépêche du Midi, jeudi 15 septembre 2022. Un jour, le père biologique surprend une conversation entre deux des soeurs. C'est alors qu'il interroge ses enfants qui lui rétorquent que leur mère ne veut rien dire. "Tu irais à la gendarmerie", précisent-elles au papa. Elles racontent également que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite