Pédophilie dans l'Église : Mgr de Moulins-Beaufort convoqué par Gérald Darmanin après ses propos controversés

·1 min de lecture

Un entretien tendu. Mardi 12 octobre 2021, Monseigneur de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des Évêques de France (CEF), est convoqué place Beauvau pour s'expliquer sur ses propos tenus le 6 octobre sur les ondes de France Info. En effet, suite à la publication du rapport Sauvé, faisant état de centaines de milliers de victimes de pédocriminalité au sein de l'Église entre 1950 et 2020, ce dernier a déclaré que rien ne pouvait outrepasser le secret de la confession, jugée "plus forte que les lois de la République". Gérard Darmanin, interpellé par ces déclarations, l'a donc aussitôt convoqué afin de débattre ensemble de l'importance de la protection des mineurs au sein du clergé. Interrogé dans les colonnes de La Croix le 12 octobre, le ministre a qualifié ses propos de "très maladroit", appelant l'évêque catholique à "s'expliquer".

En effet, comme l'a déclaré Gérald Darmanin le 7 octobre lors d'un déplacement à Lyon, rien ne peut outrepasser les lois de la République : "Les lois de la République s'imposent aux lois des Églises", a-t-il insisté. Suite aux nombreuses réactions provoquées par son intervention sur France Info, Eric de Moulins-Beaufort a fait paraître le même jour un communiqué dans lequel il précise ses propos : "La confession est aussi un moment durant lequel une personne victime, par exemple un enfant, peut évoquer ce qu’elle a subi, et être rassurée sur son innocence... parce que la certitude du secret lui permet de livrer ce qui lui est le plus difficile", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles