Pédopsychiatrie : contraint de "trier les enfants", un collectif de médecins tire la sonnette d’alarme

iStock

"Qui prendre en soins lorsque l’on ne peut pas prendre tout le monde en soins ? Les enfants les plus gravement atteints, car ils n’ont pas d’autre lieu de soins que les nôtres ? Les adolescents suicidaires, car leurs vies sont menacées ? Les plus petits, car on aura plus de chances d’infléchir leur trajectoire développementale ? Les cas les plus 'légers', car ils prendront moins de temps pour être soignés ? Bébés, enfants, ados ?". Ce sont par ces mots que débute la tribune rédigée par le collectif Pédopsy 93, que le journal Le Monde a publiée dans ses colonnes jeudi 24 novembre 2022. Regroupant l’ensemble des chefs de service de pédopsychiatrie et des médecins de centres médico-psychologiques de Seine-Saint-Denis, cette association a tiré la sonnette d'alarme en dénonçant le manque de moyens des soignants en pédopsychiatrie, qui doivent "trier des enfants depuis des années". "L’attente pour un premier rendez-vous atteint dix-huit mois dans les villes de Seine-Saint-Denis. Au rythme du développement de l’enfant, ces délais sont insupportables, et la plupart du temps, les difficultés se seront aggravées", alerte le collectif dans sa tribune.

"L’empêchement de remplir les missions premières – accueillir, soigner et, si possible, prévenir – est la cause de l’épuisement des professionnels et d’une crise des vocations. Il est de plus en plus difficile de recruter des soignants pour la santé mentale des mineurs", a ajouté Pédopsy 93. De son côté, le ministre de la santé et des solidarités, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite