Pékin condamne un humoriste chinois à 2 millions de dollars d’amende pour une blague sur son armée

Huit mots. C’est pour avoir prononcé huit petits mots anodins – du moins du point de vue occidental – que l’humoriste chinois à succès Li Haoshi, aka “House” sur scène, a été condamné à presque 2 millions de dollars et à une cessation totale de ses activités par les autorités chinoises. En spectacle au Century Theatre de Pékin ce week-end, l’artiste a été accusé de "complot équivalent à une grave insulte à l'Armée populaire de la libération, causant une influence sociale néfaste" sur son public, ont déclaré les autorités culturelles du pays dans un communiqué ce mercredi 17 mai.

Critiquer l’armée chinoise ou le pouvoir en place constitue en effet un grave délit dans le pays. Quiconque oserait se moquer des forces armées chinoises, même le plus anodinement possible, risque de sérieuses représailles, rappelle CNN. Depuis 2021, une loi interdisant toute insulte et calomnie à l'encontre du personnel militaire a même été votée pour sceller cette interdiction dans la Constitution. En l'occurrence, Li Haoshi est accusé d’avoir "sérieusement insulté" l'armée et en paiera le prix fort pour servir d’exemple.

Après avoir dû annuler toutes ses performances, la société de divertissement qui le représentait, Shanghai Xiaoguo Culture Media, s’est vu infliger une amende d’un montant de 1,91 million de dollars, à ajouter à 189.000 dollars de "gains illégaux" supplémentaires à rembourser à l’État, relatifs aux gains du spectacle. La société a également dû présenter ses excuses publiquement, tout (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les coûteuses erreurs de calcul des indemnités d’arrêts maladie, les voyageurs Intercités indemnisés... Le flash éco du jour
Corée du Nord : quelles sont les capacités du satellite espion que Kim Jong-un s'apprête à lancer ?
Ce député LFI, propriétaire de deux appartements, sous-louait son logement social à sa sœur
Elisabeth Borne considère "inconstitutionnelle" la proposition de loi pour abroger la réforme des retraites
Face à la "crise de croissance" du bio, le ministre de l'Agriculture a annoncé une "enveloppe de crise" de 60 millions d'euros