Pénuries de blé : les prix des aliments vont augmenter

Depuis la guerre en Ukraine le 24 février dernier, le marché mondial de blé connaît une crise sans précédent qui font exploser les prix à la tonne. Une situation encore exacerbée par les sécheresses qui sabrent la production de la céréale.

Le gaz, le pétrole, et désormais le prix du blé, qui atteint encore des sommets à 435 euros la tonne. Et cette fois, ce n’est pas uniquement la guerre qui en est responsable, mais le dérèglement climatique qui provoque actuellement des chaleurs jamais enregistrées en Inde. Chez le deuxième producteur mondial de blé – qui en a vendu 7,21 millions de tonnes en 2021 et prévoyait d’en vendre 10 millions cette année –, les sécheresses ont détruit au moins 5 % des récoltes, allant jusqu’à faire craindre la pénurie à l’intérieur même du pays.

Samedi 14 mai, les autorités indiennes ont adopté par décret la décision d’arrêter la mise en place de contrats d’exportations de blé à l’étranger : seules les commandes passées avant la mise en place du décret seront honorées. Et cela afin de garantir la « sécurité alimentaire » pour ses 1,4 milliard d’habitants, au moyen notamment de vastes programmes sociaux de distributions alimentaires aux millions de familles démunies du pays. « Nous ne voulons pas que le blé aille d'une manière non réglementée, où il risque d'être thésaurisé et ne pas être utilisé aux fins que nous souhaitons qu'il serve, à savoir les besoins alimentaires des pays et populations vulnérables », a justifié dimanche 15 mai le secrétaire d’État indien au Commerce, BVR Subrahmanyam.

La production mondiale à flux tendu

Ainsi, seules les commandes passées avant le 14 mai, et certaines autres...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles