Périnée, le meilleur allié de notre sexualité

C’est souvent pendant un cours de préparation à l’accouchement ou par une amie enceinte que l’on en entend parler pour la première fois. Le périnée ? C’est un ensemble de tissus musculaires qui tapisse tout le bassin depuis le pubis jusqu’au coccyx, et qui est traversé par les orifices (anus, vagins et uretères). Il cumule les fonctions : maintenir les organes du bas ventre, la posture, réguler la continence, et participer au plaisir sexuel. En effet, il enserre le pénis lors du rapport sexuel et se contracte involontairement lors de l’orgasme. Ce faisant, il stimule le clitoris, ce qui décuple le plaisir. Mieux vaut donc, pour assurer cette fonction, avoir un périnée fonctionnel et mobile. « Mais dans la vie d’une femme, il y a de nombreuses occasions d’abîmer ce précieux muscle », explique Clémentine Siméon, kinésithérapeute. « Les étirements répétés lorsque l’on porte ses courses, que l’on prend du poids, notamment pendant les grossesses, les maladies respiratoires qui provoquent toux et éternuements sont autant de sollicitations qui, sur le long terme, mettent à mal la tonicité du périnée ».

Des solutions pour toutes les situations

La ménopause aussi peut le fragiliser, car la baisse du taux d’œstrogènes entraîne chez environ un tiers des femmes une sécheresse vaginale, qui peut provoquer des douleurs lors des rapports. « Il est très important de consulter immédiatement et de ne pas laisser ces douleurs s’installer, car elles provoquent des tensions musculaires, qui peuvent s’amplifier avec le temps », souligne Clémentine Siméon. Il y a beaucoup de solutions, des traitements locaux pour améliorer la lubrification, des exercices de rééducation pour relâcher ces tensions, ou au contraire, tonifier le périnée. Car comme tout muscle, il peut-être travaillé à tout stade de la vie.

Pour que la vie sexuelle se poursuive sereinement et reste source de plaisir, on peut suivre un programme d’entrainement du plancher pelvien, comme les exercices de Kegel, qui sont faciles à

(...) Cliquez ici pour voir la suite