Pérou : des femmes accusées de sorcellerie torturées par des milices paysannes

© Getty Images

Accusées de sorcellerie, des femmes péruviennes ont été séquestrées et torturées par des milices paysannes qui les tenaient responsables d’une vague de décès dans leur village.

Le parquet péruvien a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête après que sept femmes ont été séquestrées et torturées dans un village reculé des Andes par des membres d’une milice paysanne qui les accusaient de « sorcellerie ».

Selon la presse locale, les victimes, âgées de 43 à 70 ans, avaient été enlevées le 29 juin dernier à Chillia, un village situé à 700 km au nord de Lima. Un homme a également été enlevé, mais n’a pas été maltraité.

Les victimes ont été libérées mardi après l’intervention des autorités, alertées par la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant une femme suspendue par un pied et fouettée pour qu’elle avoue de supposés actes de sorcellerie.

Des femmes passées à la question

« Elles ont été séquestrées pour sorcellerie, on les accusait car de nombreuses personnes dans le village avaient perdu leur capacité physique ou la vie », a expliqué Eliana Revollar, la cheffe du bureau du Défenseur du peuple, un organisme chargé de veiller au respect des droits humains.

« Elles ont été libérées après avoir signé un document dans lequel elles s’engagent à ne pas dénoncer » les mauvais traitements reçus et à « cesser la sorcellerie », a ajouté Eliana Revollar. Le parquet a indiqué sur Twitter que « sept femmes et un homme ont été libérés après avoir été séquestrés par des milices paysannes dans le district de Chillia », et qu’une enquête a été ouverte.

« Ils les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Elle découvre qu'elle est recherchée depuis 1999 pour une cassette vidéo perdue

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles