Pétrole : la Russie et l’Arabie saoudite mettent le feu aux poudres, la hausse jusqu’où ?

Le pétrole est à la fête. Le cours du baril de Brent gagne près de 1%, à plus de 90 dollars, tandis que le baril de référence WTI progresse de presque 2%, au-delà de 87 dollars - des niveaux qui n’avaient plus été revisités depuis novembre 2022 -, alors que la réduction de production de l'Arabie saoudite et des exportations de la Russie a été prolongée jusqu'à fin décembre. L'Arabie saoudite va continuer de réduire sa production de pétrole d'un million de barils par jour (bpj) pour "trois mois supplémentaires", d'octobre à décembre, a annoncé mardi le ministère de l'Energie. La Russie maintient quant à elle la réduction de ses exportations de pétrole de 300.000 barils par jour jusqu'à la fin 2023, a annoncé le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak. “Le brut fait l'objet de fortes enchères suite à cette annonce", relève Finalto.

"Le marché du pétrole est désormais tendu", souligne Finalto. La Russie avait récemment assuré que les membres du cartel Opep+ (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, dont la Russie) étaient tombés d'accord sur de nouvelles réductions de production, poussant déjà les cours à la hausse. Pour Finalto, l'annonce du leader de facto de l'alliance prouve que les Saoudiens "sont pour le moment assez à l'aise avec ces réductions volontaires de production et veulent que le marché le sache".

Du point de vue de l’analyse technique, le cours du Brent a débordé la résistance de 89,09 dollars (soit le sommet de janvier 2023) et vise ainsi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite