<p>Dans les archives de Match</p> - Alber Elbaz, son premier rendez-vous avec Match

·2 min de lecture

En 1999, le créateur Alber Elbaz, décédé samedi, donnait son premier rendez-vous à notre magazine... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Le créateur Alber Elbaz est décédé samedi des suites du Covid-19, laissant une industrie de la mode sous le choc. Visage rond, lunettes épaisses et nœud papillon, Alber Elbaz a marqué la mode pendant 15 ans à la tête de Lanvin, la plus ancienne maison de couture française qu’il a fait renaître par son style « classic with a twist », et ses petites robes prisées des actrices.

Né au Maroc, Alber Elbaz commence sa carrière avec le créateur américain Geoffrey Beene à New York avant d'être engagé par Guy Laroche. Il avait ensuite pris la difficile succession de Yves Saint-Laurent pour la ligne prêt-à-porter du couturier français en 1998. Notre magazine le rencontre l’année suivante, à l’occasion de sa première collection.

Du maître, le jeune créateur parle alors avec beaucoup de déférence, l’appelant « M. Saint Laurent » tout au long de l’interview. Alber Elbaz y évoque sa philosophie, celle d’une mode au service de la femme, équilibre d'élégance et de fonctionnalité, mais aussi ses angoisses, et son éthique de travail qu’il plaçait au centre de sa vie...

Voici les interviews d’Alber Elbaz et Pierre Bergé, telles que publiées dans Paris Match en 1999.

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°2599, 18 mars 1999

Alber Elbaz, dans le droit-fil de Saint Laurent

Il est né à Casablanca, il est Israélien, il vivait à New York et il présente lundi sa première collection de prêt-à-porter au nom du grand maître de la haute couture.

Hasard et coïncidence, c'est lundi dernier, le 8 mars, Journée Internationale de la Femme, qu'Alber Elbaz, le nouveau styliste en vue, a choisi pour présenter son premier défilé Saint Laurent Rive gauche. Comme son maître Yves Saint Laurent, Elbaz, jeune talent(...)


Lire la suite sur Paris Match