<p>Chroniques vertes</p> - Quand ma polaire pollue

·2 min de lecture

La mode n’est plus à remplir ses placards de fringues. Car la conscience des dégâts causés à l’environnement par l’industrie textile monte. Et nous avons les moyens d’arrêter le désastre. Voici comment, grâce au livre-enquête « Mode manifeste, s’habiller autrement ».

Le premier confinement a pu avoir une vertu, celle de nous mettre face à nos armoires et à une interrogation: pourquoi stocker ces piles de pulls et T-shirts, ces sacs et chaussures par dizaines? L’apparat social disparu, à quelle fin garder tous ces vêtements? Ils sont soudain devenus inutiles, encombrants. Sevrés brutalement de shopping (sauf en ligne), coincés chez nous, sans sorties, dîners, fêtes de mariage, certains ont vécu cette expérience entre quatre murs comme un mini électrochoc. Est venue la culpabilité, entraînant le tri compulsif. Et un bénéfice collatéral inattendu : le compte bancaire qui repasse au vert… Pourquoi dépenser tant et ne jamais porter un bon tiers de son dressing ? Soudain, l’échelle des valeurs, l’important et l’accessoire, se sont trouvé chamboulés. « De quoi ai-je envie » a fait place à « De quoi ai-je besoin »? Question existentielle autour de l’essentiel et du futile, avec des répercutions non négligeables sur notre environnement car l’industrie textile est la deuxième plus polluante après l’industrie pétrolière. Comment en est-on arrivé à cette gabegie que nous avons tous constatée un jour et qui nous met désormais mal à l’aise?

Au tournant des années 2000, les pays industrialisés sont entrés dans une accélération incontrôlée de la production textile, avec des conséquences délétères sur l’environnement. Les écolos n’ont pas tardé à tirer la sonnette d’alarme. La « fast fashion », ou mode jetable, avait vite imposé son rythme effréné et nous avons obéi à ses injonctions, au toujours plus. Le piège du shopping boulimique s’est refermé. Goûter à ce shoot de plaisir de la nouveauté, de l’exclusif, et il devient difficile de décrocher. Nous voici ferrés, fascinés par les campagnes de(...)


Lire la suite sur Paris Match