<p>Hommage à Olivier Royant</p> - Bill Gates, son premier rendez-vous avec Match

·2 min de lecture

En 1993, Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match décédé le 31 décembre, avait rencontré Bill Gates pour le premier rendez-vous de Match avec le visionnaire de l'informatique... 

Directeur de la rédaction de Paris Match, Olivier Royant s'est éteint le 31 décembre 2020. Afin de lui rendre hommage, nous vous proposons de redécouvrir les entretiens et les reportages qui ont marqué sa carrière.

En 1993, Olivier Royant avait rencontré Bill Gates, pour son tout premier rendez-vous avec Match. Notre reporter avait eu un entretien visionnaire avec le patron de Microsoft, évoquant avec vingt ans d'avance des ordinateurs tactiles tenant dans la poche, et même la télévision HD en streaming...

Voici l'interview de Bill Gates par Olivier Royant, telle que publiée dans Paris Match en 1993.

Paris Match n°2293, 6 mai 1993

Exclusif : L'homme le plus puissant de l'informatique mondiale parle

Interview Olivier Royant

Bill Gates explique comment il a terrassé I.B.M..

Dans le monde entier, on connait la marque Microsoft, qui a envahi l'informatique internationale. En neuf ans, Bill Gates, le génie américain des logiciels, a réussi à entrer dans la légende comme le plus jeune milliardaire de l'Histoire. Mer. credi, il a passé la joumée à Paris, où 450 personnes travaillent pour lui. Ensuite, il fera une petite tournée dans quelques-unes de ses dix-neuf filiales européennes. Voici, en exclusivité pour «Le Match de la semaine », son interview passionnante. En avance sur son temps.

Paris Match. Pour le public, vous êtes l'homme le plus riche des Etats-Unis, le plus jeune self-made-man milliardaire de l'Histoire, l'homme le plus puissant de l'informatique mondiale et, à 38 ans, le célibataire américain le plus convoité. Vous avez acquis récemment en Europe un autre surnom: "le tombeur d'I.B.M."...
Bill Gates. Je viens d'abandonner le titre de célibataire le plus convoité. Je ne serai plus longtemps célibataire, car je(...)


Lire la suite sur Paris Match