Publicité

Paco Rabanne, le prophète de la mode, est mort

Couturier autodidacte, visionnaire et excentrique, Paco Rabanne, représentant du Space Age, a connu le succès dès les années 1960.  - Credit:STEVENS FREDERIC/SIPA / SIPA
Couturier autodidacte, visionnaire et excentrique, Paco Rabanne, représentant du Space Age, a connu le succès dès les années 1960. - Credit:STEVENS FREDERIC/SIPA / SIPA

« Ce n'est pas un couturier, c'est un métallurgiste ! » disait de lui Coco Chanel. Et pour cause, Paco Rabanne, dont la marque a confirmé au Point ce vendredi 3 février la mort à 88 ans, a introduit dès 1966 des matériaux industriels dans ses collections. À 32 ans, dans les salons de l'hôtel George-V, il présente son premier opus haute couture baptisé « Manifeste », composé de « 12 robes importables en matériaux contemporains ». Ses créations expérimentales, ornées de sequins, d'aluminium et de plaques en rhodoïd, sont portées par des mannequins aux pieds nus qui défilent au rythme saccadé du « Marteau sans maître » de Pierre Boulez – chose rare à l'heure où ce sont encore les aboyeurs qui animent les défilés de mode.

Né en 1934 à Pasaia (dans le Pays basque espagnol), le jeune Francisco Rabaneda y Cuervo (de son vrai nom) a fui la guerre civile espagnole avec sa mère – première main chez Cristobal Balenciaga, alors établi à Saint-Sébastien. Son père, officier, a été assassiné en 1936 par les armées franquistes. Arrivé à Morlaix à l'âge de 5 ans, il quittera la Bretagne en 1951 pour suivre des études d'architectures à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris – études qu'il financera en réalisant des croquis de mode (notamment des dessins de chaussures pour Charles Jourdan), puis en devenant accessoiriste pour les grandes maisons de mode (Nina Ricci, Balenciaga, Pierre Cardin…).

BB, Jane Fonda Françoise Hardy

En 1959, il publie ses premiers dessins [...] Lire la suite