La pandémie de Covid-19 a freiné les progrès dans la lutte contre le sida

© Getty Images

En 2021, les ressources disponibles pour la lutte contre le VIH étaient 6 % moins généreuses qu’en 2010. L’Onusida appelle la communauté internationale à se remobiliser.

La pandémie de Covid-19, en perturbant notamment l’accès aux traitements et aux services de prévention, a freiné les progrès faits dans la lutte contre le sida, a averti mercredi l’Onusida dans son rapport annuel.

« Ces deux dernières années, les crises multiples et simultanées ayant secoué le monde ont eu un impact dévastateur sur les personnes infectées par le VIH, et ont fait reculer la réponse du monde face à la pandémie de sida », alerte ce rapport publié à l’occasion de l’ouverture de la Conférence internationale sur le sida, qui a lieu à Montréal, au Canada.

Si les infections au VIH dans le monde ont continué à baisser l’année dernière (de 3,6 % par rapport à 2020), il s’agissait de la plus petite réduction depuis 2016. 1,5 million de nouvelles infections au VIH ont été à déplorer en 2021, soit plus de 4 000 personnes par jour. Et 650 000 personnes sont mortes du sida l’année dernière, soit un décès par minute.

Un accès inégal aux traitements

Le nombre de personnes séropositives ayant accès à un traitement a lui aussi continué à augmenter en 2021, mais seulement de 1,47 million, comparé à 2 millions les années précédentes. C’est la plus petite augmentation depuis 2009.

Les populations les plus fragiles, notamment les plus pauvres, sont les plus touchées, souligne le rapport. Il pointe également que l’écart d’accès aux traitements entre les enfants et les adultes se creuse, au lieu de se résorber. En...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles