La "panne de cerveau" ou "frazzlebrain" : quand un trop-plein d'émotions négatives nous fait disjoncter

Karolina Grabowska

Stress, tristesse, anxiété… Qu'elles soient liées à l'actualité, à nos relations affectives ou à notre quotidien professionnel – ou les trois à la fois –, ces émotions négatives nous envahissent parfois, sans que nous soyons capables de les traiter une à une. Un véritable tourbillon qui nous empêche d'y voir clair, de retrouver notre calme et nuit au fonctionnement de notre cerveau. Résultat : une intense fatigue psychique et physique. C'est ce que la psychothérapeute et autrice Gina Simmons-Schneider* appelle le "frazzlebrain". Littéralement, la "panne de cerveau". Dans un entretien au magazine Psychology Today, rapporté par Marie-Claire, la spécialiste indique que ce phénomène se produit lorsque nous expérimentons trop d'émotions négatives en même temps.

"Imaginez un instant qu'il y a deux parties à l'intérieur de vous dans un bras de fer, interroge la psychothérapeute. Vous pouvez vous sentir tiré à un bout de la corde par votre colère, votre irritation, votre fureur, et à l'autre bout, l'anxiété, la peur, l'inquiétude." À ces émotions vont venir s'ajouter les tracas du quotidien, "des facteurs de stress ou des conflits inattendus, découlant de ces humeurs négatives", explique Gina Simmons-Schneider. Par exemple, l'impuissance, l'irritabilité ou la fuite peuvent être la manifestation de votre stress ou de votre colère. Un cocktail qui va intensifier nos sentiments de départ. Combinés, ils deviennent alors impossible à dénouer. Et lorsque ces émotions sont trop intenses, c'est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici ce que signifient vraiment ces 8 rêves que nous faisons le plus fréquemment
Plus d'un milliard de jeunes pourraient subir des pertes d'audition à cause de leurs habitudes d’écoute
Comment pratiquer la “cohérence cardiaque”, cette technique de respiration qui chasse rapidement le stress ?
Fini le pipi ! Le premier test salivaire de grossesse est en passe d'être commercialisé
Le taux de fécondité mondial est en baisse et c’est à cause de la (mauvaise) qualité du sperme