Comment le pantalon a été un outil de pouvoir pour les femmes

Alexandra Mondalek / Yahoo Lifestyle
Comment le pantalon a été un symbole de puissance pour les femmes

FEMMES - Depuis le mouvement #MeToo, les débats sur la manière dont les femmes et les hommes abordent la dynamique du pouvoir dans leurs vies personnelles et professionnelles ne cessent d’être abordés, et ce, y compris en surface, dans leurs tenues vestimentaires. 

À quelques jours du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, nous revenons sur l’un de ces vêtements, le pantalon, qui a particulièrement eu un rôle symbolique dans l’émancipation des femmes.

Look androgyne

Hors des podiums, la marque Ann Taylor a lancé il y a deux ans sa campagne Pants Are Power. Selon la maison de couture, elle “rend hommage à l’évolution du pantalon dans la mode mais aussi à ce vêtement en tant que symbole d’égalité pour les femmes”. La question “Qui porte la culotte dans le couple?” n’est donc plus simplement métaphorique.

L’acceptation sociale des femmes en pantalon est relativement récente (dans une société contrôlée par le patriarcat). On connaît bien sûr Jeanne d’Arc qui, en revêtant une armure comme moyen de dissuasion contre le viol, s’est travestie en homme et a fini sur le bûcher, en partie à cause de cela. En 1850, Amelia Bloomer, militante des droits des femmes, a popularisé le bloomer, pantalon ample, créé par Elizabeth Smith Miller, qui tombe jusqu’aux genoux ou aux chevilles. Au XXe siècle, le port du pantalon par les femmes se limitait à certaines circonstances, comme les pantalons de cyclisme, explique Emma McClendon, conservatrice adjointe au Musée du Fashion Institute of Technology de New York. Dans les années 1920 et 1930, des stars comme Marlene Dietrich ont osé porter des tailleurs-pantalons aux premières de films (Dietrich était habillée par Gabrielle Chanel) et on disait de Katharine Hepburn que sa plus grande audace était de porter un pantalon.

Mais, en tant que stars, souligne Emma McClendon, ces deux femmes pouvaient se permettre d’adopter des looks androgynes sans véritables conséquences, tandis que les femmes ordinaires auraient été condamnées à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post