Pour Pap Ndiaye, il y a « une prise de conscience » du harcèlement scolaire

© Getty Images

Il y a une « prise de conscience » du problème du harcèlement scolaire, et la lutte contre ce phénomène est « une priorité » pour le gouvernement a assuré lundi le ministre de l’Éducation, Pap Ndiaye.

Le programme pHARe de lutte contre le harcèlement du gouvernement « est généralisé à partir de cette rentrée 2022 » a rappelé Pap Ndiaye, qui promet que le gouvernement va continuer à déployer son dispositif de prévention. « Il existait sous une forme expérimentale auparavant. Il a donné d’excellents résultats dans les académies où il a été mis en place, avec une prise de conscience, avec un meilleur accompagnement, une meilleure détection des cas de harcèlement, et une amélioration du climat scolaire », a souligné Pap Ndiaye, à l’issue d’une visite avec Brigitte Macron et la secrétaire d’État chargée de l’enfance Charlotte Caubel au collège Louis Braille d’Esbly, en Seine-et-Marne.

Ils y ont rencontré des élèves et membres de l’équipe pédagogique de ce collège, lauréat du prix « Non au harcèlement » 2022 dans la catégorie vidéo pour le collège, en amont de la Journée nationale annuelle de lutte contre le harcèlement scolaire jeudi.

LIRE AUSSI >> Harcèlement scolaire : « La posture institutionnelle privilégiée ne fonctionne pas du tout »

Généraliser le programme pHAre

« Les moyens sont là » pour mener cette lutte, a affirmé le ministre. « Pour 2023, nous avons également prévu des moyens budgétaires en hausse pour accompagner la généralisation du programme pHARe », a-t-il poursuivi, sans plus de précisions. « Pour le gouvernement, il s’agit d’une priorité. Nous sommes mobilisés », a-t-il...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi