Publicité

Le pape François dénonce le « fanatisme de l’indifférence » face aux « naufrages » des migrants

©Daniel Cole/AP/SIPA

Ce vendredi 22 septembre, le pape François s’est rendu à Marseille. Une visite historique, de deux jours, consacrée à la Méditerranée et au défi migratoire.

Le pape ne s’était pas rendu en France depuis 2008. Le dernier souverain pontife à s’être envolé pour l’Hexagone était Benoît XVI. Ce vendredi 22 septembre, le pape François s’est rendu à Marseille pour une visite historique de deux jours. Une visite sous le signe de la question migratoire en Méditerranée, un sujet cher au jésuite argentin. Dans l’après-midi, il a été accueilli par la Première ministre, Elisabeth Borne, à l’aéroport de Marignage, avant de rejoindre la basilique Notre-Dame de la Garde.

« C’est un devoir d’humanité, c’est un devoir de civilisation »

Lors d’une cérémonie de recueillement interreligieux devant le mémorial des marins et migrants perdus en mer, au pied de la basilique, le pape François s’est exprimé. Il a d’abord dénoncé les « trafics odieux et le fanatisme de l’indifférence » face aux « naufrages » des migrants qui « doivent être secourus », en Méditerranée. Il a rappelé que nous ne pouvons plus assister à ces tragédies. « Les personnes qui risquent de se noyer, lorsqu’elles sont abandonnées sur les flots, doivent être secourues », a-t-il déclaré. « C’est un devoir d’humanité, c’est un devoir de civilisation », a-t-il insisté.

D’après lui, « nous sommes à un carrefour : d’un côté la fraternité, (…) de l’autre l’indifférence, qui ensanglante la Méditerranée. Nous sommes à un carrefour de civilisations », a-t-il affirmé, avant de dénoncer une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi