Paracétamol : peut-on consommer les comprimés périmés ?

Alors que coronavirus continue sa propagation, il n’existe toujours pas de traitement contre le Covid-19, la maladie dont il est à l’origine. Si la prise en charge des formes sévères de cette pathologie passe par une hospitalisation, la seule façon de traiter les formes bénignes est la prise de paracétamol, qui permet de soulager les symptômes.

Les anti-inflammatoires, quant à eux, pourraient être un facteur d'aggravation de l’infection, comme l’a indiqué le ministère de la Santé le 14 mars dernier, avant de recommander la prise de paracétamol en cas de symptômes.

Pour éviter une éventuelle pénurie, la vente de paracétamol sera désormais encadrée. A partir du 18 mars, les pharmaciens ne pourront délivrer sans ordonnance qu’une seule boîte de paracétamol aux patients sans symptômes, et deux boîtes à ceux qui présentent des symptômes.

Médicaments périmés : leur efficacité n'est plus garantie

Face à cette annonce et ces restrictions, certains pourraient être tentés de fouiller dans leurs armoires à pharmacie et de consommer du paracétamol dont la date de péremption est dépassée.

Attention : "Il ne faut pas utiliser de médicaments au-delà de leur date de péremption, parce que les conditions de conservation n’ont été étudiées que pour une durée correspondant à cette date. Au-delà, l’efficacité n’est plus garantie et certaines molécules peuvent même devenir dangereuses", peut-on lire sur le site du ministère de la Santé.

Il est également recommandé de ne pas conserver des médicaments périmés chez soi, ni de les jeter à la poubelle. Et pour cause : ils contiennent des substances actives qui peuvent avoir des répercussions sur l’environnement. La marche à suivre ? Rapporter ses vieux médicaments à son pharmacien lorsque les mesures de confinement seront levées. Ce dernier se chargera de les donner au réseau Cyclamed, qui incinérera les médicaments périmés.

Paracétamol : attention au surdosage

Pour rappel, le surdosage de paracétamol peut provoquer de grave lésions hépatiques, voire

(...) Cliquez ici pour voir la suite