Paracétamol : peut-on prendre du doliprane enceinte ?

Les femmes enceintes le savent. Pendant la grossesse, mieux vaut ne pas tomber malade ! La liste des médicaments autorisés est réduite et le principe de précaution s’applique pour de nombreuses molécules dont l’innocuité n’a pas été clairement établie. Alors que l’ibuprofène (un anti-inflammatoire non stéroïdien) est déconseillé en début de grossesse et strictement contre-indiqué à partir du sixième mois, le paracétamol apparaît donc l’anti-douleur de première intention.

Enceinte, le doliprane est-il autorisé ?

Mal de tête ou douleurs dorsales, futures mamans, rassurez vous ! "Prendre du doliprane pendant la grossesse est tout à fait autorisé" annonce d'emblée la sage-femme avant d'ajouter : "En revanche, mieux vaut l'utiliser à faible dose, le moins longtemps possible et de manière ponctuelle." Le paracétamol agit contre la fièvre (antipyrétique) et contre la douleur (antalgique) et les femmes enceintes peuvent le prendre à tous les stades de la grossesse. Anh-Chi Ton rappelle toutefois que prendre un médicament pendant la grossesse n'est jamais anodin : "De façon générale, il vaut mieux éviter l'automédication lorsqu'on est enceinte." Les femmes enceintes doivent également garder en tête que la fièvre pendant la grossesse est une indication pour consulter aux urgences.

Paracétamol pendant la grossesse: quels sont les risques ?

"Si la posologie est respectée, c'est à dire entre deux et trois grammes par jour, et que la prise est ponctuelle il n'y a pas de risque avéré pour la grossesse" explique la sage-femme. Cette dernière rappelle qu'il est en revanche important de s'assurer que la fièvre ne cache pas autre chose : "La prise de doliprane peut faire disparaitre un symptôme important pour un diagnostic, par exemple en faisait baisser la fièvre qui était le signe d'une infection qui aurait dû être traitée immédiatement."

Depuis quelques années, différentes études ont alerté sur des risques liés potentiels à la prise de doliprane pendant la grossesse. Des chercheurs des

(...) Cliquez ici pour voir la suite