Paris : bientôt un centre d'accueil pour toxicomanes dans le 16e arrondissement

Face à la crise du crack qui sévit dans le nord-est de la capitale, la mairie vient d’annoncer l’ouverture d’un centre d’accueil pour les toxicomanes, dans le 16e arrondissement.

Un centre de soins pour toxicomanes, dont les consommateurs de crack, doté de 35 lits, va bientôt ouvrir dans le XVIe arrondissement de Paris.

Alors que la Ville, confrontée au problème des consommateurs de crack dans les arrondissements du nord-est, cherche depuis des mois des lieux d’accueil, l’ouverture dans les prochains mois d’une "structure de stabilisation" dans l’ancien hôpital Chardon-Lagache est une « très bonne nouvelle », a indiqué Anne Souyris, l’adjointe à la santé à la mairie de Paris. Selon l’élue écologiste, l’Assistance-Publique - Hôpitaux de Paris (APHP) a répondu à un appel à projet de l’Agence régionale de santé (ARS) pour 25 lits d’accueil médicalisés (LAM) et 10 lits halte soins santé (LHSS), deux types de structures dont l’implantation dans la capitale sera une première.

Le fait que cette structure soit située dans un arrondissement très ancré à droite, loin des quartiers les plus touchés par les consommations de drogues dans la rue, participe à la « solidarité territoriale », estime Anne Souyris.

Un lieu d’accueil, pas de consommation

« Ce ne sera pas un espace de consommation », a insisté l’adjointe de la maire PS Anne Hidalgo. Selon elle, les consommateurs pris en charge « auront déjà effectué un parcours de soins » et seront déjà « stabilisés ».

Les consommateurs de crack « ne viendront pas directement de Forceval à Chardon-Lagache », situé « loin de la scène de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles