Paris-ci, par là – SuperFrais, une supérette presque comme avant

·1 min de lecture
SuperFrais, 8 rue Levert dans le 20e arrondissement.
SuperFrais, 8 rue Levert dans le 20e arrondissement.

On la repère de loin. Son logo rose bonbon, qui s?étale sur deux lignes, est une invitation à la curiosité. SuperFrais a ouvert ses portes il y a maintenant huit mois au pied du village Jourdain dans le 20e (le nouveau quartier parisien où il est bon d?être vu) à l?angle de la rue Levert et de la rue des Rigoles. Une supérette comme lorsqu?on était petit : où l?on y trouve pratiquement tout et où il faut parfois y mettre le prix.

Le concept est limpide : du bon, du gras, du beau, du nature. C?est écrit partout. À l?intérieur, tout est en effet très beau, les rayonnages autour du bar de l?entrée, où l?on trouve aussi bien un rayon dédié aux produits de beauté, d?hygiène et d?entretien que des bocaux remplis de graines de tournesol, de pistaches et de cacahuètes ou des noisettes du Piémont (un délice à 5,25 euros). Au bar, autour duquel on tourne avec gourmandise, on hésite selon l?heure à laquelle on fait ses courses. Le matin, l?odeur du café nous chatouille les narines (1 euro l?expresso, l?un des meilleurs du quartier) alors qu?à midi, l?idée d?un tête-à-tête gourmand avec un banh mi (rôti de porc, concombre, carotte, pickles et coriandre à 7 euros) nous donne envie de croire au monde d?après.

Plaisirs gourmands

À l?arrière, c?est le paradis du primeur et de la fraîcheur. Mais, attention, les prix grimpent très vite. Les bottes d?asperges des bois se négocient à 6,50 euros, le kilo de rhubarbe est à 6,90 euros, et ça flambe au coin des kiwis (plus de 10 eur [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles