Le Parlement européen vote l’interdiction des moteurs thermiques pour 2035

© Getty Images

Considérée comme une victoire par les écologistes, cette décision, qui rendra illégale la vente de véhicules hybrides, est jugée excessive par une large partie de la droite européenne.

Malgré une farouche opposition de la droite, le Parlement européen a approuvé la proposition de Bruxelles de réduire à zéro les émissions des automobiles neuves à partir de 2035. Concrètement, cette décision obligera les constructeurs à ne vendre que des véhicules électriques.

Cette décision s’inscrit dans l’ambitieux plan climat de l’Union européenne. Le texte adopté reprend les objectifs intermédiaires proposés par Bruxelles : réduction de 15 % des émissions automobiles d’ici 2025 et de 55 % en 2030. Les voitures représentent au moins 12 % des émissions de CO2 dans l’UE.

Alors que le Parlement n’avait pas réussi plus tôt mercredi à s’entendre sur une réforme du marché carbone, il a approuvé plusieurs autres textes du paquet climat, dont le relèvement des objectifs contraignants de capture de CO2 par les « puits de carbone » naturels (forêts, usage des terres…).

LIRE AUSSI >> Les femmes : premières défenseuses de l’environnement

Objectif zéro émission

L’objectif du « zéro émission » automobile a donné lieu, lui, à une âpre bataille. Un amendement du PPE (droite pro-européenne et première force au Parlement) proposait de viser plutôt une réduction de 90 % des émissions automobiles en 2035, ce qui aurait permis de poursuivre la vente de voitures hybrides et, selon le PPE, d’encourager des technologies alternatives.

L’amendement a finalement été rejeté de justesse. La droite, qui appelait aussi à prendre...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles