Pasteur, rabbin, imam: la religion au féminin

"Si les religions sont machistes et misogynes, c’est parce qu’elles sont fort anciennes. Elles reflètent les préjugés des sociétés patriarcales où elles sont nées", estime le philosophe André Comte-Sponville*. A moins que les femmes ne parviennent à s'y faire une place? "Seul le protestantisme autorise l’ordination des femmes. Sous quel prétexte serait-elle évincée des autres religions monothéistes ?", s’insurge Hélène Pichon, auteure d’un manifeste pour l’égalité hommes femmes dans la sphère du religieux. Si les femmes pasteurs sont reconnues à l'égal des hommes dans les églises luthériennes et réformées depuis les années 60, la religion catholique refuse toujours à la femme sa place à l’autel de Dieu. Le Pape François a créé une commission d'études, en 2016, chargée d'examiner le rôle des femmes diacres .... au début du Christianisme. Au sein du judaïsme, c'est dans le mouvement libéral - exclusivement - qu'apparaît, en France, la première femme rabbin en 1990. Elles sont désormais quatre dans l'Hexagone. On en compte une cinquantaine en Europe et plus de 800 dans le monde.

C'est également par l'approche libérale que plusieurs femmes veulent faire évoluer l'islam, rien dans les textes ne leur interdisant de diriger la prière. Ainsi, deux trentenaires converties ont créé les Voix d’un islam éclairé (V.I.E.), un mouvement pour un islam spirituel et progressiste. "L'obstacle à l'imamat des femmes n'est ni religieux ni théologique, mais culturel et psychologique", estiment Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin** qui ont récemment prêché devant une assemblée mixte, à Paris. "Il est temps que les musulmanes se fassent entendre. Le Coran a trop longtemps été lu avec des lunettes d'hommes. Les textes peuvent être interrogés autrement", ajoute l’islamologue Kahina Bahloul qui projette d’ouvrir une mosquée inclusive à Paris où hommes et femmes prieraient côte à côte, comme cela se pratique à Londres ou Berlin. A Copenhague, il existe même une mosquée 100% féminine. "A travers

(...) Cliquez ici pour voir la suite