La paternité est-elle dangereuse pour la santé?

Le stress engendré par la parentalité pourrait rendre plus difficile le maintien d'habitudes bonnes pour le cœur. | Aditya Bose via Pexels
Le stress engendré par la parentalité pourrait rendre plus difficile le maintien d'habitudes bonnes pour le cœur. | Aditya Bose via Pexels

Bon nombre de géniteurs vous diront que la paternité est l'une des plus belles choses au monde. Pourrait-elle toutefois provoquer le pire? Elle serait en tout cas à l'origine de changements au niveau cardiaque, expose Science Alert. Si l'on en croit les résultats de la première étude menée aux États-Unis sur la paternité et la santé cardiovasculaires, les pères auraient à long terme une moins bonne santé cardiaque que les autres.

Cette récente étude, publiée dans la revue de l'Association pour l'enseignement et la recherche en matière de prévention et du Collège américain de médecine préventive, s'est focalisée sur les données recueillies auprès de 2.814 hommes âgés de 45 à 84 ans, ayant été suivis pendant dix-huit années. Leur santé cardiaque a été évaluée à l'aide d'une combinaison d'auto-évaluations basées sur leur régime alimentaire, leur rapport à l'exercice physique et leurs habitudes tabagiques. Plusieurs mesures ont aussi été effectuées: elles portaient sur l'indice de masse corporelle, la pression artérielle, le cholestérol et les niveaux de glucose dans le sang.

Le stress et les responsabilités liées à la parentalité pourraient rendre plus difficile le maintien d'habitudes bonnes pour le cœur. «Les changements que nous avons constatés au niveau de la santé cardiaque suggèrent que la responsabilité supplémentaire de s'occuper des enfants et le stress de la transition vers la paternité peuvent rendre difficile pour les hommes le maintien d'un mode de vie sain, comme une alimentation saine et de l'exercice», analyse le principal auteur de l'étude, le pédiatre John James Parker, de l'université Northwestern.

Pire chez les jeunes pères

Outre le fait que la santé cardiaque est généralement moins bonne chez les pères que chez ceux qui n'ont jamais été parents, elle est encore plus préoccupante chez les hommes qui sont devenus pères à l'âge de 25 ans ou avant. Selon…

Lire la suite sur Slate.fr