Un octogénaire miraculé du Covid-19 intrigue les médecins

À son arrivée à l’hôpital de la Ferté Macé début avril, on ne donnait pas cher de la peau d’Hubert. À 86 ans, cet habitant de l’Orne atteint du Covid-19 avait le profil de ceux qui sont emportés par la maladie. Agé, souffrant de problèmes cardio-vasculaires (il venait de subir une lourde opération) et de problèmes pulmonaires, il n’a pas rassuré les médecins qui l’ont vu arriver : "Ses chances de survie étaient mauvaises", se souvient l’un d’entre eux dans les colonnes de nos confrères deOuest-France.

Avec des poumons touchés à 75% par la maladie, les soignants écartent rapidement l’option de la réanimation, qu’il ne supporterait pas. Le patient est alors placé dans l’unité Covid-19 du petit hôpital de proximité. Quinze jours de traitement antibiotique plus tard (et beaucoup d’oxygénation), il est tiré d’affaire.

Les plus mystiques parleront de miracle mais les professionnels de santé qui l’ont soigné n’en sont pas moins intrigués. Comment a-t-il pu s’en sortir ? "L’histoire d’Hubert montre que le fait qu’il n’ait pas été placé en réanimation ne lui a pas donné moins de chances de survie. Il a vaincu le virus et n’a, aujourd’hui, aucune séquelle sur le plan de l’autonomie ou de la mémoire. C’est surprenant de voir les pronostics et l’évolution de sa situation, disent ses médecins. Il y a peut-être quelque chose à creuser là-dessus."

Partant de ce constat, les praticiens ont décidé de mener une étude descriptive sur ce cas tout à fait exceptionnel mais aussi sur l’ensemble de l’unité Covid-19 de leur petit hôpital. Ils espèrent être publiés dans une revue scientifique, une fois leur travail terminé : "Apporter notre point de vue de petit hôpital de proximité nous semble essentiel", estiment-ils.

Quant à Hubert, il se remet doucement en suivant un programme de rééducation et un soutien psychologique. Son moral, contrairement à son état de santé, ne s’est pas amélioré. On lui souhaite beaucoup de courage.

A lire aussi :

⋙ Cancer et Covid-19 : les recommandations d’un cancérologue

(...) Cliquez ici pour voir la suite