Le patineur français Morgan Ciprès accusé d’exhibition sexuelle par une adolescente de treize ans

Selon une enquête menée par le journal américain USA Today, le champion d’Europe 2019 de patinage artistique en couple, Morgan Ciprès, aurait envoyé deux photos de son pénis via le réseau social Instagram à une adolescente de treize ans qui s’entraînait à la même patinoire que lui. Le journal déclare avoir vu les messages, qui proviennent directement du compte certifié du jeune homme de 28 ans. Toujours selon le média, Vinny Dispenza, un coach du centre d’entraînement de Wesley Chapel, en Floride, aurait contacté deux autres jeunes filles mineures afin de leur proposer de solliciter ladite photo auprès de Morgan Ciprès en échange d’une pizza.

John Zimmerman, entraîneur de Morgan Ciprès, et sa femme Sylvia Fontana, auraient incité la victime à se taire au lieu d'aller porter plainte. Ils lui auraient même asséné qu'elle était responsable de la situation car elle était une "jolie fille et les hommes ont des besoins". Ils auraient ensuite ajouté, selon l'article, que de toutes façons, personne ne la croirait si elle venait à témoigner, qu'elle se ferait insulter sur la toile, particulièrement en France où le sportif est populaire.

⋙ Dickpics : voici pourquoi des hommes envoient des photos de leur pénis

John Zimmerman aurait également menacé la jeune femme : "Si je disais quelque chose, il m'a dit que je ne patinerais plus jamais", a-t-elle confié à USA Today. Contactés par le journal, Zimmerman et Fontana nient les faits. Quant à Morgan Ciprès, il préfère garder le silence : "Je ne peux pas du tout vous parler de ça. Je n'ai rien à dire à propos de cette accusation. Je n'ai vraiment rien à dire et je suis désolé, je ne peux pas vous parler." Depuis cette histoire, la jeune fille a quitté le club et suit une thérapie. Zimmerman, Fontana et Dispenza continuent d'entraîner au même endroit et Morgan Cipres participera à plusieurs championnats en janvier en Europe.

À lire aussi : Patrick Bruel accusé d’exhibition sexuelle : le nouveau témoignage d’une collègue de la victime présumée

(...) Cliquez ici pour voir la suite