Patricia Petibon : 3 questions à la soprano

Valérie Robert

Après sept ans sans nouvel album, la soprano Patricia Petibon sort le magnifique "l'Amour, la Mort, la Mer" (Sony Classical) avec la pianiste Susan Manoff.

Pourquoi tant d'attente ?
Patricia Petibon - 
Le silence a aussi des vertus ! Chez moi, il faut toujours que les choses viennent du cœur. J'ai traversé des épreuves personnelles et des projets n'ont pas pu aboutir. Mais, dans la vie, en général, je prends mon temps aussi. Sur scène, entre autres, j'apparais comme quelqu'un de spontané. Or je suis à la fois instinctive et réfléchie. Aujourd'hui, je suis très heureuse de sortir cet album.

Le disque va de John Lennon à Erik Satie… De quoi aviez-vous envie ?
Patricia Petibon - 
On a voulu créer un moment poétique. Ce projet marque une forme de renouveau, une étape. Ce n'est pas de l'opéra : vocalement, je n'utilise pas toutes les cornes de la bête ! Ce disque est une expérience métaphorique, il est mélancolique mais pas du tout mortifère. Il est un peu christique, sans religiosité aucune, et met en scène l'émotion, ce rapport avec la mer qui lave tout et, en même temps, peut fracasser la vie. C'est un voyage, une exploration.

Voulez-vous aller vers de nouveaux horizons ?
Patricia Petibon - Non, même si ma nature a toujours été d'être curieuse. Je suis une chanteuse d'opéra peut-être pas totalement académique, mais c'est ce qui fait ma singularité. J'ai encore beaucoup à chanter dans ce répertoire, y compris contemporain. De toute façon, on se sent véritablement vivant quand ce que l'on accomplit, on le fait vraiment avec son cœur. Etre en phase avec qui l'on est reste la...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi